[Prev][Next][Index]

Space News InNet numero 69




|||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||
|||                       Space News InNet                        |||
|||                       ----------------                        |||
|||  Periodique d'informations et  d'actualites  internationales  |||
|||  sur l'Astronomie, l'Astronautique, l'Espace et les Sciences  |||
|||  connexes.                                                    |||
|||  -----------------------------------------------------------  |||
|||            Une production Space News International            |||
|||               Abonnement gratuit : en ligne sur               |||
|||        http://www.sat-net.com/space-news ou par E-Mail        |||
|||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||
Space News InNet numero 69                          lundi 20 mai 1996


L'ARD, PREMIERE CAPSULE HABITABLE EUROPEENNE
--------------------------------------------

L'Europe met la derniere main a son premier prototype de capsule spatiale
recuperable : l'ARD ou Demonstrateur de Rentree Atmospherique. Avant la fin
de l'annee, cette maquette sera lancee depuis Kourou, lors du second vol
d'Ariane V. Destine a tester les technologies de rentree dans l'atmosphere
d'un vehicule spatial, l'ARD prefigure ce que sera le CTV, le vehicule de
transport d'equipage europeen, qui desservira a partir de 2005 la future
station orbitale Alpha, avec quatre astronautes a son bord. Du moins si la
decision de le developper est arretee par les treize pays membres de
l'Agence spatiale europeenne, en 1997. 

Avec l'ARD, les industriels europeens esperent faire preuve de leurs
competences en matiere de vols habites aupres des Americains et des Russes,
avec lesquels ils devraient cooperer dans la mise au point du vaisseau de
sauvetage spatial (ACRV), dont le premier vol est prevu en 1999.

Avec sa forme conique et sa large base aux allures de bouclier, l'ARD
rappelle les capsules americaines Apollo. De fait, pour la concevoir, les
ingenieurs europeens ont puise dans les bases de donnees americaines
recemment declassifiees. Une fois larguee a une altitude de 178 kilometres
au-dessus de l'ocean Atlantique, la capsule europeenne effectuera une course
balistique d'une heure et demie tout autour du globe.

Lorsqu'elle arrivera aux environs des iles Hawaii, dans le Pacifique l'ARD
operera sa rentree dans l'atmosphere. Elle affrontera alors la phase la plus
delicate de son vol. Son bouclier thermique, entierement couvert de tuiles
en tissu de silice impregne de resine phenolique, devra resister a une
chaleur pouvant atteindre jusqu'a 1500 degres C. Le corps de la capsule,
soumis quant a lui a une temperature d'environ 300 degres C, est protege par
une carapace a base de liege agglomere. A l'interieur de cette coque
epaisse, la temperature devra neanmoins etre supportable pour des humains.

Lors de l'etape finale de la mission, l'ARD devra effectuer une importante
deceleration de 25000 km/h a environ 25 km/h, afin d'amerrir sans dommage.
Il disposera pour cela de sept moteurs a hydrazine qui maintiennent en
permanence l'orientation de son bouclier thermique vers le sol et
contribuent a ralentir sa folle descente par un mouvement pendulaire. Un
systeme de trois parachutes, de conception americaine, contribue egalement a
diminuer la vitesse de la capsule. Les instruments embarques a bord de la
capsule un calculateur, une centrale a inertie, un appareil de navigation de
type GPS et des batteries de bord autorisent un pilotage d'une grande
precision pour un amerrissage en douceur.

Commande en 1994 par l'Esa apres l'abandon du projet Hermes de navette
europeenne, l'ARD a ete developpe en deux ans seulement : un veritable
exploit technique !

Sylvie Rouat, Ciel & Espace


CLUSTER, PREMIERE MISSION D'ARIANE 5
------------------------------------

Les tout premiers satellites scientifiques s'etaient deja fait les dents sur
le sujet. C'est a nouveau les relations parfois tumultueuses du Soleil et de
la Terre que les quatre satellites Cluster, premiers passagers d'Ariane 5,
s'appretent a etudier. Notre etoile nous inonde d'un flux permanent de
plasma chaud. Notre planete se protege avec un bouclier magnetique, la
magnetopause, qui s'etend jusqu'a 60000 km d'altitude et delimite la
magnetosphere, gigantesque cavite dix fois plus large que la Terre. Ces
interactions complexes entre le vent solaire et le champ magnetique
terrestre sont encore assez mal connues pour que l'ESA ait decide de leur
consacrer un projet qui, associe au telescope solaire Soho, constitue l'une
de ses missions scientifiques majeures.

Realises sous la responsabilite de la firme allemande Dornier, les Cluster
sont d'authentiques quadruples : meme poids (1200 kg), meme forme
cylindrique et surtout meme batterie de magnetometres, de capteurs
d'electrons ou de sondeurs de densite. Et pour cause. Ils sont destines a
voler en formation tantot tres serree, a 200 km l'un de l'autre, tantot tres
etendue, a 20000 km, mais toujours avec l'obligation de faire exactement les
memes mesures sur un volume delimite par leurs positions respectives aux
sommets d'un tetraedre (pyramide a base triangulaire). 

Ainsi groupe, l'escadron des Cluster decrira, durant deux ans, une longue
orbite en ellipse tres allongee : 25513 km de perigee pour 140318 km
d'apogee. Il traversera ainsi regulierement la magnetosphere et ces regions
polaires  appelees regions cuspidees  ou les particules du vent solaire
parviennent a forcer le barrage. C'est en atteignant la haute atmosphere
terrestre qu'elles provoquent les somptueuses aurores boreales mais aussi
des brouillages dans les emissions radio ou des coupures electriques
intempestives. Elles seraient meme selon certains impliquees dans les sautes
d'humeur du climat terrestre.

Quelque deux cents scientifiques de dix-sept pays sont engages dans cette
mission qui va s'attacher notamment a mesurer l'intensite du vent solaire 
on sait qu'elle est directement liee a l'activite de notre etoile, d'ou le
couplage avec Soho. Seront egalement etudies l'ensemble des phenomenes
physiques produits par les particules a haute energie dans la magnetosphere.
Autre centre d'interet de la mission : profiter de ce laboratoire naturel
que constitue la zone de rencontre du vent solaire et de l'environnement
magnetique de la Terre pour mener une serie de recherches fondamentales en
physique des plasmas. 

Jean-Pierre Defait, Ciel & Espace


LES VITESSES INTERDITES DES GALAXIES EN FUITE
---------------------------------------------

Cela pourrait bien devenir le prochain pave dans la mare de la cosmologie :
la vitesse des galaxies qui s'eloignent les unes des autres sous l'effet de
l'expansion de l'Univers semble etre quantifiee. Alors que les theories
predisent une vitesse de fuite proportionnelle a leur distance, deux
astronomes anglais viennent de confirmer que les vitesses des deux cents
galaxies qu'ils ont observees avec soin dans sept observatoires radio
differents sont des multiples de 37,5 km/s. Voila vingt ans, la decouverte
de ce phenomene avait laisse les astronomes si incredules que bien peu
d'etudes ont ete accomplies sur le sujet, mais les deux Anglais estiment
qu'il y a "une chance sur vingt millions pour que cette distribution des
vitesses soit le fruit du hasard". Si de nouvelles etudes confirment a
l'avenir le phenomene, rien dans la theorie ne permet de l'expliquer.


DES RETOURS D'ECHANTILLONS MARTIENS ?
-------------------------------------

La Nasa et l'industrie aerospatiale americaine etudient serieusement la
possibilite de realiser une mission vers la planete Mars avec retour
d'echantillons au debut du prochain siecle. L'epoque des grosses et
onereuses missions spatiales etant revolue, le defi est de realiser une
sonde legere (de l'ordre de 100 kg, avancent certains) en utilisant les
solutions techniques adoptees pour les missions anterieures, comme Mars
Pathfinder ou Mars 98 et, pour le retour d'echantillons, Stardust qui
partira en 1999 en prelever sur la comete Wild 2. "On peut tirer des
miracles de quelques microgrammes" avec les instruments d'analyse actuels,
estiment les scientifiques, alors qu'il fallait des kilos d'echantillons il
y a quelques annees. Lancement possible vers Mars en 2005. 


LA DOUBLE MATIERE SOMBRE DE L'AMAS DU FOURNEAU
----------------------------------------------

Dans un amas galactique, le gaz chaud s'accumule la ou le champ de gravite
cree par la matiere  visible et invisible  est important. L'emission X
caracteristique de ce gaz permet de remonter a la distribution de matiere
dans l'amas et, connaissant celle de la matiere visible (etoiles,
nebuleuses), d'en deduire la quantite de matiere sombre. C'est par cette
methode que des astrophysiciens japonais ont etudie la matiere sombre de
l'amas de galaxies de Fornax a l'aide du satellite X Asca. Resultat : celle
ci est presente sur deux echelles bien distinctes, a l'interieur de la
galaxie elliptique NGC 1399 et dans l'amas tout entier. Et rien n'indique
qu'il s'agisse de la meme matiere sombre dans les deux cas : I'une pourrait
etre faite de particules ordinaires et l'autre des hypothetiques axions
encore jamais detectes, suggerent les scientifiques. 


RUMEURS DE DIVISION CHEZ LES QUARKS
-----------------------------------

Apres avoir decouvert en mars 1995 le sixieme et dernier des quarks (nomme
top), ces composants ultimes de la matiere, les chercheurs qui travaillent
au Tevatron (le puissant accelerateur de protons-antiprotons de Chicago)
vont-ils briser le "modele standard" de la physique  ? Ils auraient
decouvert des collisions entre quarks trop "dures" ou "violentes" pour les
theories actuelles. Si les plus audacieux pensent qu'il pourrait s'agir des
premiers indices d'une structure au sein meme des quarks, de nombreux
chercheurs plus prudents preferent d'abord verifier de nouveau les mesures
et invoquer eventuelle ment la participation de particules encore inconnues
avant de revolutionner les fondements de la physique. Affaire a suivre.


LES ETOILES LEVITENT DANS LE DISQUE GALACTIQUE
----------------------------------------------

Pourquoi certaines galaxies, a l'instar de la Voie lactee, possedent-elles
un disque etonnamment epais d'etoiles que leurs caracteristiques dynamiques
et chimiques distinguent a la fois de la population stellaire du disque
galactique ordinaire, plus fin, et de celle du halo ? Deux astrophysiciens
de l'universite de Toronto viennent de proposer une reponse. Selon eux, la
"levitation" serait a l'origine de ce disque. Lors de la formation de la
galaxie, certaines etoiles seraient propulsees a plusieurs kiloparsecs
au-dessus ou au-dessous de son plan, sur des orbites de resonance dynamique
avec celles d'etoiles appartenant au disque galactique. Cette elegante
theorie, qui ne fait pas appel a l'influence de galaxies satellites, permet
en outre de rendre compte de la distribution des amas globulaires dans le halo. 


UN INTERFEROMETRE SPATIAL POUR DEBUSQUER LES EXOPLANETES ?
----------------------------------------------------------

La decouverte (indirecte) fin 1995 de trois planetes extra-solaires de la
taille de Jupiter a donne un coup de fouet aux programmes d'interferometrie.
Cette difficile technique de recombinaison des faisceaux lumineux arrivant a
deux miroirs de telescopes distincts offre une resolution qui devrait
permettre de voir ces planetes ; le systeme est a l'etude pour les deux
telescopes Keck. Pour aller encore plus loin et esperer observer de facon
directe des objets de la taille de la Terre, un astronome de l'universite
d'Arizona a propose a la Nasa de construire depuis la future station
spatiale internationale Alpha un interferometre compose de quatre telescopes
de 1 m de diametre disposes sur une structure de 50 m de long. L'ensemble
serait envoye en orbite au-dela de Mars pour s'affranchir de la lumiere
zodiacale. Reste a trouver deux milliards de dollars et a mettre au point
l'engin. 


DAVANTAGE DE LANCEMENTS POUR LES RUSSES
---------------------------------------

Les autorites russes ont obtenu une revision de l'accord de limitation des
lancements commerciaux, impose en 1993 par un gouvernement americain
soucieux de freiner cette concurrence a bon marche. Entre 1996 et 2000, les
Russes pourront realiser seize lancements en orbite geostationnaire avec
leur fusee Proton, plus quatre en cas d'echec, contre seulement huit
initialement prevus.

Cet accord ne tient pas compte des lancements en orbite basse. Seule
restriction : le prix du lancement propose par les Russes ne pourra pas etre
inferieur de 15 % aux prix du marche. Toutefois, le calendrier des
lancements commerciaux de Proton, dont le premier devait avoir lieu le 28
mars avec le satellite Astra 1F, pourrait souffrir d'un certain retard, a la
suite de la defaillance du deuxieme etage de la fusee le 19 fevrier dernier.
Au lieu d'une orbite geostationnaire, le satellite russe s'est retrouve sur
une orbite elliptique inutilisable.


SUR LE WEB
----------

L'actuelle mission de la navette spatiale (STS-77 - Endeavour) peut etre
suivie en direct par Cu-SeeMe, sur tous les sites reflecteurs de la Nasa-TV.
Entre autres, celui de l'Ecole superieure de Mecanique de Marseille, adresse
IP: 147.94.38.2

Site de la Nasa-TV: http://btree.lerc.nasa.gov/NASA_TV/NASA_TV.html

Les sons en direct depuis Endeavour sont audibles sous Real Audio sur le
site: http://shuttle.nasa.gov/sts-77/sounds/


EN CAS DE DIFFICULTES...
------------------------

Si vous constatez que la reception de Space News InNet n'est pas reguliere,
ou que certains numeros n'ont pas ete achemines normalement vers vous, jetez
donc un oeil sur notre site Web, a la page "avis important aux abonnes de
Space News InNet". Nous y mentionnons en permanence (avec remise a jour
reguliere) des adresses d'abonnes qui nous causent probleme, soit parce
qu'elles comportent une erreur (a definir), soit parce que le routage est
defectueux.

http://www.sat-net.com/space-news/difficult.html


SPACE NEWS SUR LE WEB : BILAN
-----------------------------

Apres seulement un mois d'existence, Space News Productions est devenu un
des plus importants site francophones dedies a l'astronomie sur le Web.
Qu'on en juge: 42 pages HTML, 113 fichiers au total pour un volume de plus
de 1,6 Mo, une evolution constante (presque quotidienne). Et bientot la
millieme connexion...


|||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||
|||  Space News InNet est un periodique  d'informations  spatiales  |||
|||  distribue sur abonnement gratuit par liste de  diffusion  sur  |||
|||  Internet. Les noms de:  SPACE NEWS INNET, SPACE NEWS INTERNA-  |||
|||  TIONAL,  RAPID  NEWS,  SPN  Productions,  sont  proteges  par  |||
|||  copyright.                                                     |||
|||  -------------------------------------------------------------  |||
|||   Abonnement E-Mail: ecrivez un mail a Majordomo@tags1.dn.net   |||
|||         comportant le texte: subscribe sat-space-news           |||
|||  -------------------------------------------------------------  |||
|||           Space News InNet est present sur le Web :             |||
|||               http://www.sat-net.com/space-news                 |||
|||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||
Jean Etienne, Belgique (Europe)                     etiennj@interpac.be





[Other mailing lists]