[Prev][Next][Index]

Space News InNet numero 68




|||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||
|||                       Space News InNet                        |||
|||                       ----------------                        |||
|||  Periodique d'informations et  d'actualites  internationales  |||
|||  sur l'Astronomie, l'Astronautique, l'Espace et les Sciences  |||
|||  connexes.                                                    |||
|||  -----------------------------------------------------------  |||
|||            Une production Space News International            |||
|||               Abonnement gratuit : en ligne sur               |||
|||        http://www.sat-net.com/space-news ou par E-Mail        |||
|||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||
Space News InNet numero 68                       vendredi 17 mai 1996


AMARRAGE SUR MIR DU NOUVEAU MODULE PRIRODA
------------------------------------------

Le module Priroda a ete lance le 23 avril a 11 h 49 TU par une fusee Proton
de Baikonour (Kazakhstan). Il a d'abord ete place sur une orbite 220/347 km
inclinee a 51,6 degrés, d'ou il a entame les operations de rendez-vous avec
la station Mir 1 qui se trouve sur une orbite circulaire a 400 km
d'altitude. Le 26 avril a 12 h 43 TU, il s'est amarre en regime automatique
a la piece de jonction avant du complexe orbital. Pendant ces trois jours,
il ne disposait que des batteries de bord, car l'unique panneau solaire dont
il devait initialement etre dote a ete supprime a l'instar des appareils
scientifiques Marina-2, Volna-2A et Ainour.

Car ce module a subi, comme Spectre, qui avait ete lance le 20 mai 1995, de
nombreuses modifications par rapport au projet d'origine. Au depart, il
s'agissait d'un module de teledetection realise dans le cadre du programme
Intercosmos qui devait etre lance pendant l'annee ecologique mondiale de
l'Unesco en 1992. Cependant, par manque de financement, il fut stocke
pendant trois ans.

Le module de 19,5 t mesure 11,5 m de long pour un diametre de 4,15 m. Il
emporte 6,5 t de charges utiles dont une tonne d'equipements americains qui
seront utilises par l'astronaute Shannon Lucid. Le complexe orbital, avec un
Soyouz-TM, un Progess-M et Priroda pese environ 140 t. Il mesure 42 m de
long et 33 m d'envergure. Priroda emporte une dizaine d'instruments
scientifiques. Il s'agit de l'ensemble IKAR de radiometres a micro-ondes
(six frequences de 0,3 a 6 cm), de l'altimetre radar Greben (frequence de
2,25 cm), du radar SAR Travers (frequences de 9,2 et 23 cm), du
spectro-radiometre infrarouge ISTOK a 64 canaux, du spectrometre MOS-Obzor a
17 canaux, des scanners multispectraux MSU-E et MSU-SK, du spectrometre
Ozone-M a 160 canaux, de la camera multispectrale MOMS-2P, du lidar Alissa
et de l'appareil DOPI.

Une experience franco-russe a bord de Priroda

Alissa (115 kg) est un lidar a retrodiffusion du service d'aeronomie du CNRS
dont les lasers et leurs blocs d'alimentation ont ete fournis par RKK
Energya et l'institut russe de geophysique appliquee (IPG). Les quatre
lasers delivrent des impulsions de lumiere verte monochromatique (532 nm).
L'energie emise est de 20 mJ par impulsion de 20 ns, cinquante fois par
seconde. L'ensemble optique est constitue d'un telescope a miroirs de 40 cm
de diametre et 1,6 m de distance focale installe sur un hublot specialement
fabrique pour l'experience. L'instrument a une resolution verticale de 150 m
et horizontale de 900 m. Il fonctionnera de nuit au rythme de quatre seances
d'une semaine par an. La premiere mise sous tension aura lieu au cours du
mois de juin, mais les mesures scientifiques ne demarreront qu'en septembre.
Les periodes d'observation seront determinees selon un protocole
d'utilisation du module entre les differentes equipes scientifiques (les
groupes Priroda, MOMS et NASA/MIR).

Par ailleurs, la firme allemande Kayser-Threde a fourni un module de
navigation MOMSNAV pour mesurer la position de la station et son orientation
vers la Terre pendant les prises de vues avec la camera MOMS-2P. Ce module
comprend un recepteur GPS avec deux antennes, un bloc gyroscopique et un
boitier electronique. A l'avenir, les cosmonautes pourront determiner
l'orbite de la station avec une precision de 100 m a l'aide de ce module qui
sera egalement utilise lors d'une experience de rendez-vous entre la station
et la navette Atlantis.

Christian LARDIER  (Ciel & Espace)


LA FIEVRE DU NUMERIQUE A CABLE & SATELLITE
------------------------------------------

Cable & Satellite 96 survenait apres le lancement du second satellite de TV
numerique Astra et a quelques jours du coup d'envoi du bouquet des chaines
numeriques de Canal Plus. Pour ses dix ans, cette manifestation a permis de
faire le point sur les possibilites du numerique et des systemes
multimedias. Les satellites, les systemes de reception, de compression et de
codage se mettent a la mode du numerique. Ainsi Sagem, Thomson, Philips,
Nokia, Pace, Galaxis, etc. demontraient les performances de leurs derniers
equipements ';grand public".

C'est le satellite. avec sa diffusion large. qui est l'arbitre de cette
revolution numerique dans la norme DVB (Digital Video Broadeasting) qui fait
appel au processeur MPEG-2 (Moving Picture Experts Group). La Societe
Europeenne des Satellites (SES) avec la constellation Astra a 19,2 degrés
Est et Eutelsat avec ses satellites Hot Bird a 13 degrés Est exaltaient
leurs positions geostationnaires respectives. Depuis quelques mois, SES et
Eutelsat sont engages dans une course au coude-a-coude pour les services
numeriques. Elle se traduit par une chasse aux programmes qui doivent
inciter les clients a se brancher sur l'une ou l'autre position. Certes,
avec des paraboles a double tete ou des antennes plates, il est possible de
capter Astra et Hot Bird.

Rivalite SES - Eutelsat

La rivalite SES - Eutelsat stimule la mise en oeuvre acceleree de nouveaux
produits en numerique. Si le systeme Astra a pris le s devants dans
l'exploitation de satellites TV entierement numeriques, l'utilisation de
leur capacite se fait de maniere tres progressive. Astra-le, lance le l9
octobre, devait diffuser les premiers bouquets de programmes pour Canal Plus
(France) a partir du 27 avril, et pour Nethold (Hollande) pendant l'ete.
Viacom (USA) a decide d'utiliser Astra-lF, lance le 9 avril. Mais sans
attendre, des la mi-avril, il a demarre deux chaines numeriques sur
Astra-le. Les responsables de SES annoncent que la capacite numerique des
deux satellites et du futur Astra-lg affiche pratiquement complet pour les
reservations de repeteurs. SES envisage aussi des services interactifs avec
la deuxieme generation de satellites. Une equipe etudie le marche
d'applications multimedia, comme la distribution d'images et de donnees (une
decision devant etre prise a ce sujet a la fin de l'ete).

Eutelsat insiste sur le fait d'etre le premier operateur a avoir lance des
bouquets de chaines numeriques pour Telepiu (Italie) des octobre dernier, et
pour AB Sat et France Television (France) en avril. Leur reception reste
encore confidentielle, vu le nombre peu eleve de decodeurs disponibles sur
le marche. Viacom (USA) diffuse pour les reseaux cables allemands un bouquet
sur Hot Bird

1. Cette diffusion en numerique va s'amplifier avec les quatre prochains Hot
Bird. La moitie de la capacite de Hot Bird-2, qui sera lance en aout, est
louee par Telespazio (Italie). Giuliano Berretta, directeur commercial
d'Eutelsat, a annonce avoir "signe des contrats pour douze ans, jusqu'a la
fin de vie de Hot Bird-5 dont la mise en service est prevue entre mi-1998 et
mi-1999.

Eutelsat entend aussi diversifier ses services numeriques dans le
multimedia. En accord avec Hughes Olivetti Telecom (HOT), il va lancer cet
ete un service DirecPC de reception directe sur ordinateur de donnees et
d'images. HOT DirecPC sera combine avec HOTStar, un systeme interactif du
type VSAT. Avec un repeteur de Hot Bird-4, Eutelsat va experimenter Skyplex,
une centrale de traitement a bord qui permettra le multiplexage de
programmes emis en numerique par des petites stations dotees de paraboles de
2,4 m, et captes par des terminaux de 0,54 m. Cet equipement, concu par
l'ESA et Eutelsat, mis au point par Alenia (avec l'experience des satellites
Italsat), permettra l'acces de petits diffuseurs au satellite TV. "Eutelsat
n'a aucun droit d'exclusivite sur l'utilisation de Skyplex", precise
G.Berretta. Cet equipement sera operationnel avec deux repeteurs sur Hot Bird-5.

Trois outsiders americains pour Astra et Eutelsat Orion Atlantic, GE Capital
Satellites-Europe et Echostar International exposaient aussi a
Cable&Satellite 96.

Le premier exploite un satellite de Matra place en novembre 1994 a 37,5
degrés Ouest. Dote de 34 repeteurs en bande Ku, il offre des services SNG et
VSAT. Orion-2 sera lance au premier semestre 1998. Plus puissant, il
proposera de s services de TV directe aux particuliers sur l'Europe et
l'Amerique du Nord. Un Orion-3 est envisage par Orion Asia Pacific.

Echostar International a mis sur orbite son premier satellite de TV directe
sur les USA en decembre 1995. Il est operationnel depuis le 3 mars pour le
systeme DISH (Digital Sky Highway). Il sera rejoint par Echostar-2 qui sera
lance par Arianespace "a la fin de l'ete 1996". Echostar est un operateur de
satellite et un producteur d'equipements de reception et de decodage. Il
s'est implante a Almedo aux Pays-Bas, pour le marche europeen et vient
d'etre choisi par Nethold pour fournir des recepteurs-decodeurs du systeme
Astra. Echostar pourrait bien, a l'avenir, proposer un satellite diffusant
DISH aux telespectateurs europeens.

GE Capital Satellites International va faire son entree dans le paysage
audiovisuel europeen avec le satellite suedois Sirius-2. Ce satellite
d'Aerospatiale sera lance en juillet 1997 et place a 5 degrés Est. La moitie
des 32 repeteurs en bande Ku sera exploitee par GE Capital Satellites
Europe. Ses services a l'echelle europeenne pour des applications VSAT, SNG
et DTH sont la premiere concretisation de la strategie globale de GE
Americom. En plus des satellites, l'operateur americain GE s'interesse a des
systemes mondiaux de telecommunications spatiales. Il prepare, en
cooperation avec Alcatel Espace, la constellation de microsatellites Starsys
pour un service de messagerie globale. Projetant de realiser des systemes en
bande Ku (a partir de Gibraltar) et en bande Ka (appele GE-Star), il a
demande l'attribution de plusieurs positions geostationnaires et de
frequences autour du globe.

Theo PIRARD, envoye special a Londres


LE TROIS MILLIEME SATELLITE RUSSE
---------------------------------

Le 19 fevrier dernier, Cosmos 2328 est devenu le 3000 eme satellite lance
par l'URSS ou la Russie depuis le lancement du premier Spoutnik, le 4
octobre 1957. L'Union sovietique et la Russie se sont montrees de loin les
plus prolifiques en cette matiere, puisque l'on estime a mille cinq cents le
nombre de satellites lances dans le monde par les Etats-Unis, l'Europe, le
Japon et la Chine. C'est une fusee Cyclone 3, tiree depuis le cosmodrome de
Plessetsk, dans le nord de la Russie, qui a place six engins en orbite 
trois de la serie Gonets destines aux telecommunications, et trois
satellites militaires Cosmos dont le numero 2328.


DERNIERS ESSAIS POUR MARS PARTHFINDER
-------------------------------------

Dans les laboratoires californiens du Jet Propulsion Laboratory, la sonde
Mars Pathfinder de la Nasa est entree dans sa phase finale de tests. Cette
sonde de 850 kg doit etre lancee en decembre par une fusee Delta 2, pour
atteindre la planete rouge six mois plus tard. Ralenti par un parachute et
plusieurs retrofusees, bien a l'abri dans sa coquille thermique, un module
de 350 kg descendra vers la surface martienne le 4 juillet 1997. L'arrivee
se fera en douceur grace a un enorme airbag qui, au sol, se degonflera en
trois heures pour laisser se deplier les trois petales de l'atterrisseur,
liberant le rover de 20 kg qui fonctionne a l'energie solaire. Les deux
engins sont equipes de cameras et de multiples instruments scientifiques. Le
cout total de la mission Mars Pathfinder, incluant le lancement, s'etablit a
270 millions de dollars, soit "6 a 7 % du prix de la mission martienne
Viking", rappelle-t-on a la Nasa. 


UNE LIMITE INFERIEURE A L'AGE DE L'UNIVERS
------------------------------------------

Dans la controverse actuelle concernant l'age de l'Univers, une equipe
d'astrophysiciens americains et canadiens a decide de prendre le taureau par
les cornes. L'Univers ne pouvant pas etre plus jeune que ses plus vieilles
etoiles (celle des amas globulaires), les chercheurs ont entrepris de
combiner observation d'amas globulaires et simulation numerique pour
calculer l'age minimal que doit avoir notre galaxie. A partir des modeles
d'evolution stellaire et des caracteristiques de dix-sept des plus vieux
amas globulaires connus, ils ont realise plus de mille simulations en tenant
compte des incertitudes dans les mesures et les modeles. Resultat: les amas
globulaires les plus anciens de la Galaxie ont bien, au minimum, douze
milliards d'annees, et plus probablement quatorze milliards et demi
d'annees. La balle est desormais dans le camp des cosmologistes. 


COMETES EXTRA-SOLAIRES
----------------------

HD 163296, dans le Sagittaire, s'orne un disque de poussieres... et sans
doute d'un cortege cometaire, annonce une equipe americaine. L'etoile etait
sous surveillance depuis qu'lras y avait detecte un exces infrarouge,
signature potentielle d'un disque protoplanetaire. Si l'equipe a bien repere
ce disque sur les donnees recoltees par la mission Astro 2, elle a aussi
decouvert un element inhabituel autour d'astres jeunes et chauds comme HD
163296, et d'ordinaire associe aux cometes: du magnesium gazeux, qui semble
tomber sur l'etoile. Selon les chercheurs, ce sont au moins 35 cometes qui,
chaque annee, s'ecraseraient ainsi sur HD 163296. Celle-ci serait, apres
Beta Pictoris et HR 10, la troisieme etoile "extrasolaire" a Posseder des
cometes.


UN MUR D'HYDROGENE POUSSE PAR LE SOLEIL
---------------------------------------

Alexandre William, ingenieur chimiste et astronome amateur, a profite des
opportunites d'observation offertes aux amateurs par la Nasa sur le
telescope spatial Hubble pour realiser un spectre ultraviolet dans la
direction d'Alpha du Centaure, I'etoile la plus proche du Soleil. Lors de
l'analyse de ces donnees, une ligne spectrale d'absorption a revele un
etonnant mur d'hydrogene chauffe a quelque 30.000 K et trois fois plus
eloigne que Pluton. Avec l'aide de deux astronomes professionnels, William a
compris qu'il s'agissait de la trace de l'onde de choc produite par le vent
solaire, ce flux de particules chargees ejectees a 600 km/s par le Soleil,
lorsqu'il rencontre le milieu interstellaire (dans lequel le Systeme solaire
se deplace a 25 km/s). La pression du choc chauffe et ionise les atomes
d'hydrogene interstellaire. De plus, les trois astronomes ont decouvert de
semblables murs d'hydrogene autour des etoiles Epsilon Indi et Lambda
Andromedae.


ETONNANTS SURSAUTS D'UNE NOUVELLE SOURCE X
------------------------------------------

Le 2 decembre dernier, le satellite americain GRO-Compton, consacre a
l'observation des rayons X et gamma, a vu soudain apparaitre, dans la
direction du centre galactique, une nouvelle source de rayonnement X, au
comportement surprenant. Au cours de la premiere demi-journee, la source
GROJ 1744-28 a connu plus d'une centaine de sursauts X plus intenses que les
radiations combinees d'un million de soleils  soit un toutes les trois
minutes ! Depuis, I'intervalle entre deux sursauts s'est allonge jusqu'a
atteindre 1 h environ, mais s'avere tres irregulier. De plus, la source emet
toutes les 0,467 secondes un signal X... Cette derniere caracteristique
indique qu'il s'agit probablement d'un pulsar binaire, c'est-a-dire d'une
etoile ordinaire en rotation autour d'une minuscule mais tres dense etoile a
neutrons. La chute spasmodique de matiere sur cette derniere serait a
l'origine de ces sursauts X. 


EXPOSITION
----------

LA GRANDE GALERIE de l'evolution du Museum accueille du 22 mai 1996 au 6
janvier 1997 l'exposition "Meteorites !". Celle-ci presente les multiples
facettes des meteorites: un peu d'histoire avec celle des differentes
interpretations des visiteuses celestes une bouchee de science naturelle
avec une description et une explication de leur anatomie un zeste de
catastrophisme avec les impacts meteoritiques; une grande cuilleree
d'astrophysique en quete des origines du Systeme solaire.

La collection du Museum est bien sur a l'honneur, avec quelques-unes de ses
plus belles pieces. Les pierres du ciel risquent ensuite de disparaitre un
moment de la circulation, pour cause de reamenagement... Une solution,
envisagee il y a quelque temps, les dotait d'un superbe batiment tout equipe
et surveille rien que pour elles, solution demeuree a l'etat de projet... 

Or, les meteorites reclament un minimum de soins et de surveillance,
certaines ne supportant pas l'humidite ni les chauds et froids. Apres
l'exposition, une bonne partie de la collection sera remisee dans une salle
(petite) qui leur est deja dediee dans la Galerie des mineraux. Mais les
plus fragiles et precieuses du lot se verront offrir un lieu de villegiature
a leur mesure, au sous-sol, dans "la salle du tresor" (dixit Marianne
Ghelis). La, elles seront protegees dans de petits caissons maintenus a
temperature constante et sous atmosphere controlee. Enfin, le laboratoire
espere profiter de la renovation de la Galerie pour y installer une
exposition permanente destinee au grand public.

Si elle n'est pas la seule, la collection du Museum est de loin la plus
importante du pays et surtout la plus vivante. Strasbourg possede la seconde
collection de meteorites de France, rangee dans des cartons quelque part
dans un sous-sol du musee de Mineralogie... Enfin, quelques meteorites sont
disseminees dans les musees et museums de province.

Grande Galerie de l'Evolution, 36, rue Geoffroy-Saint-Hilaire, 75005 Paris
(France).

---------------------------------- ------------------------------------

ERRATA du numero 67 :
---------------------

>reunions de janvier et de mars, au point que l'administrateur de la NASA,
>Daniel Godwin, entend que des mesures soient prises d'urgence courant mai
        ^^^^^^
        Goldin

Ah, ces sacres OCR !


COURRIER
--------

> Space News !
> Quel titre merveilleux pour un site francophone !

> Bravo pour votre contenu, les articles choisis sont tres bien, mais le 
> nom meme de votre site me laisse..., comment dire, perplexe ?

> Que pensez-vous de "Nouvelles de l'espace", ou "du cosmos", ou "de
> l'univers" si vous preferez.

> Au plaisir !

> Richard Germain, Montreal, Que.
> rgermain@sympatico.ca

C'est vrai... C'est tellement vrai que "Nouvelles de l'Espace", c'etait le
premier titre du magazine, version papier. C'etait le 22 novembre... 1962,
et la parution etait limitee au college saint-Barthelemy a Liege, ou
j'effectuais mes etudes. Cela a dure jusqu'en 1971, je ne sais plus combien
de numeros ont ete emis, mais l'ensemble des articles pese environ 60 kilos...

Il a ete repris en 1992, sous forme electronique et sur BBS cette fois, et
le nom de "Space News" a ete choisi un peu comme un defi a son aine
americain qui est un mensuel tres connu des inities... Space News (le mien)
a ete uploade pour la premiere fois sur un BBS (Rainbow BBS) le 29 aout 1992
a 22:22 hrs (je possede toujours le fichier .log !) N'empeche qu'il a fallu
en changer le nom officiel des qu'il a ete diffuse outre-Atlantique (le
numero 8), et est devenu "Space News International"... puis "Space News
InNet" sur le Net !

Pour la petite histoire, il y a eu aussi "Rapid News", petit bulletin
d'informations rapides, ancetre authentique de Space News InNet, qui etait
envoye directement en crashmail chez les abonnes. Il a connu 14 editions.

Il est maintenant devenu tres difficile de changer le nom du periodique...

> Il demeure tout de meme que pour moi et la plupart des 
> "internautes", les news, c'est un groupe de discussion, alors, j'attends 
> votre reponse !

Mais c'est toujours avec plaisir que je reponds !  ;-) 


SUR LE WEB
----------

>>From: Dominique Gering <Dominique.Gering@ping.be>

>Ou trouver de belles images a inclure dans tes textes du systeme solaire :
http://bang.lanl.gov/solarsys/raw/

Alors la, oui, une source quasi inepuisable ! Gageons que certaines vont se
retrouver sur le site web de Space News.

-----------------------

>>From: Marc Zirnheld <Marc.Zirnheld@teaser.fr>

>Le numero 55 de 32Info, le journal des clubs Espace de l'ANSTJ, est paru. 
>Si vous n'y etes pas abonne, vous pouvez le lire sur :

   http://www.teaser.fr/~mzirnheld/journal.htm

Bonne lecture !

Merci !


|||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||
|||  Space News InNet est un periodique  d'informations  spatiales  |||
|||  distribue sur abonnement gratuit par liste de  diffusion  sur  |||
|||  Internet. Les noms de:  SPACE NEWS INNET, SPACE NEWS INTERNA-  |||
|||  TIONAL,  RAPID  NEWS,  SPN  Productions,  sont  proteges  par  |||
|||  copyright.                                                     |||
|||  -------------------------------------------------------------  |||
|||   Abonnement E-Mail: ecrivez un mail a Majordomo@tags1.dn.net   |||
|||         comportant le texte: subscribe sat-space-news           |||
|||  -------------------------------------------------------------  |||
|||           Space News InNet est present sur le Web :             |||
|||               http://www.sat-net.com/space-news                 |||
|||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||
Jean Etienne, Belgique (Europe)                     etiennj@interpac.be





[Other mailing lists]