[Prev][Next][Index]

Space News InNet 207




|||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||
|||                           Space News InNet                          |||
|||               Une production Space News International               |||
|||  -----------------------------------------------------------------  |||
|||  Periodique d'informations  et  d'actualites  internationales  sur  |||
|||  l'Astronomie, l'Astronautique, l'Espace et les Sciences  connexes  |||
|||  distribue gratuitement par liste de diffusion sur l'Internet.      |||
|||  -----------------------------------------------------------------  |||
|||     Abonnement en ligne sur : http://www.sat-net.com/space-news     |||
|||  ou  transmettez  un  mail  a : Majordomo@tags1.dn.net  comportant  |||
|||           uniquement le texte : subscribe sat-space-news            |||
|||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||
Space News InNet numero 207                             samedi 27 juin 1998


	Sommaire

	Le Sea Launch en voie d'achevement en Russie
		Quatre partenaires
		Moins cher qu'Ariane
		Portrait d'Odyssey
	Un aimant en orbite
	Unity rejoindra Zarya en decembre 1998
	Fiat Avio mise sur les fusees Vega et Cyclone
	Starwar entre Astra et Eutelsat
	Appel d'offres pour Skynet
	Spot-4 bon pour le service
	L'Esa construit l'Europe spatiale de demain


LE SEA LAUNCH EN VOIE D'ACHEVEMENT EN RUSSIE
--------------------------------------------

Dans le cadre du programme international Sea Launeh -  premier  systeme  au
monde de lancement de satellites commerciaux depuis la mer - la plate-forme
Odyssey et son navire d'accompagnement Sea  Launch  Commander  (Assembly  &
Command Ship) sont en voie d'achevement  dans  leurs  ports  respectifs  de
Vyborg et de Saint-Petersbourg sur la mer Baltique en Russie. Si les delais
sont respectes, une fois equipe des installations russes de  lancement  des
fusees Zenith, le  navire  rejoindra  son  port  d'attache  de  Long  Beach
(Californie) en juillet avec deux fusees Zenith a bord, et y  sera  rejoint
dans la seconde quinzaine d'aout par la plate-forme  de  lancement  -  elle
aussi preparee actuellement pour recevoir les fusees, les  conditionner  et
les lancer vers l'espace. Le premier lancement de  fusee  Zenith  est  pour
l'instant fixe au  30  octobre  avec  le  satellite  de  telecommunications
Galaxy-11 realise par l'Americain Hughes pour le compte de Panamsat.

Les deux batiments ont ete presentes a la presse internationale fin mai, en
presence des responsables de ce programme qui devrait - s'il  est  couronne
de succes - concurrencer  serieusement  la  fusee  europeenne  Ariane.  "Le
carnet de commandes actuel est de 28 lancements dont  18  fermes  (13  pour
Hughes  et  5  pour  Loral),  indiquait  a  cette  occasion  Bjorn  Omreng,
vice-president de Kvaerner Maritime - le partenaire norvegien associe a  ce
programme. Notre plan commercial etablit que  si  nous  effectuons  4  a  5
lancements par an, notre balance commerciale  sera  sensiblement  positive.
Nous prevoyons en moyenne d'effectuer au debut six a sept tirs par an.

Des chiffres confirmes et  meme  "gonfles"  par  d'autres  responsables  du
programme venus a Saint-Petersbourg - Russes et Americains - qui envisagent
meme a terme une cadence de 10 a 12 tirs par an.

Quatre partenaires

Plusieurs industriels sont impliques dans ce programme dont le  cout  varie
selon les sources entre 250 et 650 M$ (1,5 a 3,9 MdF) pour  la  plate-forme
et le navire.  Ils  viennent  de  Russie,  d'Ukraine,  de  Norvege  et  des
Etats-Unis, et ont constitue la societe mixte Sea  Launch  basee  aux  iles
Caimans pour des raisons purement fiscales. Chacun de ces  industriels  est
specialiste dans son secteur d'activites. Cote americain, Boeing - qui  est
devenu, avec les rachats de McDD  et  Rockwell,  l'un  des  grands  groupes
mondiaux de l'industrie aerospatiale - est implique a 40 %. La societe a la
responsabilite de la construction du port d'attache de la plate-forme et de
son navire d'accompagnement a Long Beach, de la  commercialisation,  de  la
promotion et des operations  de  lancement  des  fusees.  Cote  russe,  RSC
Energya - qui realise pour les  vols  habites  les  fusees  Soyouz  et  les
vaisseaux de transport Soyouz-TM et Progress-M - detient 25 %. La societe a
la responsabilite du support technique lors des lancements,  ainsi  que  de
l'etage superieur BlocDM, qui place le satellite sur son orbite definitive.
Cote ukrainien, la NPO Youjnoye et l'usine YoujMach - qui  realisaient  les
missiles SS-18 - entrent  a  15  %.  Elles  ont  la  responsabilite  de  la
construction des deux etages  qui  composent  la  fusee.  Et,  enfin,  cote
norvegien, Kvaerner, groupe international d'ingenierie et  de  construction
d'origine norvegienne, detient 20 % du programme. Il a la responsabilite de
la conception et de la construction du navire Sea Launch Commander,  de  la
transformation de l'ancienne plate-forme petroliere Odyssey en  plate-forme
de lancement, ainsi que de toutes les operations maritimes de Sea Launch.

"Aujourd'hui, le projet entre dans sa phase la  plus  importante,  explique
Bjorn Omreng. Les deux batiments - le bateau, qui a ete construit par notre
chantier naval en Ecosse, et la plate-forme  qui  a  ete  transformee  dans
notre chantier a Stavanger -  se  trouvent  en  Russie  pour  qu'on  puisse
installer les equipements necessaires aux lancements de  fusees  depuis  la
plateforme. Tous les systemes russes sont en cours d'installation  sur  les
deux batiments et, dans quelques semaines, ces deux batiments seront  prets
et partiront a Long Beach avec des fusees a bord pour realiser  le  premier
lancement avant  la  fin  de  l'annee.  Nous  achevons  donc  la  phase  de
construction et nous nous appretons a entrer dans la phase operationnelle."

En attendant, une fois les deux batiments fin prets,  ils  devront  rallier
dans les prochaines semaines leur port d'attache californien de Long Beach.
Pour le navire Sea Launeh Commander, pas de probleme  particulier.  Partant
de Saint-Petersbourg, il pourra passer par le canal de Panama  pour  gagner
le Pacifique. Il  n'en  va  toutefois  pas  de  meme  pour  la  plate-forme
autopropulsee  Sea  Launch  dont  l'encombrement  ne  lui   permettra   pas
d'emprunter le canal de Panama pour rallier Long Beach. Partant  de  Vyborg
en position haute et voguant a une vitesse de 11 a  12  noeuds,  elle  sera
obligee de contourner l'Amerique  du  Sud  par  le  Cap  Horn  -  avec  les
difficultes que cela represente, dans la mesure ou elle va devoir transiter
par ce secteur renomme pour ses enormes tempetes  en  plein  hiver  austral
dans le courant d'aout !

La raison du choix de Long Beach est simple : c'est la region ou les grands
constructeurs americains de satellites ont implante leurs usines. De  plus,
la Californie presente egalement  l'avantage  de  se  trouver  relativement
proche du site de lancement, a cheval sur l'equateur, dans  une  region  de
l'ocean Pacifique situee pres des  iles  Kiribati,  au  nord-est  des  iles
Marquises, et qui beneficie d'un temps relativement  stable  et  d'une  mer
plutot calme - des avantages notoires pour un programme comme  Sea  Launch.
Pour rejoindre le site de lancement, la plate-forme naviguera 6 a 8 jours a
partir de Long Beach. Dernier point concernant le choix de Long Beach:  Sea
Launch s'est installee dans une ancienne base militaire de  la  Marine  qui
offrait suffisamment de place  pour  heberger  cote  a  cote  cette  grande
plate-forme et son navire d'accompagnement.

Lorsque le systeme sera operationnel, le voyage aller-retour de Long  Beach
au site de lancement sur l'equateur, dans le Pacifique, n'excedera  pas  15
jours. Deux fusees avec leurs charges utiles seront emportees a bord du Sea
Launch Commander et tirees successivement depuis  la  plate-forme  Odyssey.
Apres  quoi,  les  deux  batiments  rejoindront  Long   Beach   pour   etre
reconditionnes et pour charger deux nouvelles fusees avec leurs satellites.

"Les deux premieres fusees russes Zenith du programme sont parties de Saint
Petersbourg a bord du Sea Launch  Commander,  rappelle  Bjorn  Omreng.  Ces
fusees sont fabriquees a deux  endroits:  les  deux  premiers  etages  sont
realises a Dniepropetrovsk en Ukraine, a 250 km  au  sud-est  de  Kiev,  et
l'etage superieur rallumable Bloc-DM pres de  Moscou.  Les  etages  et  les
Bloc-DM des fusees Zenith seront par la suite convoyes  par  rail  jusqu'au
port fluvial de Nikolaiev pres d'Odessa sur la mer Noire, d'ou  ils  seront
embarques sur des bateaux vers Long Beach. Ces bateaux  pourront  embarquer
trois fusees completes a chaque rotation et le voyage prendra 32 jours pour
rejoindre la base californienne. La premiere partie du programme prevoit de
realiser ce genre de transport deux fois par an."

Une fois arrivees a Long Beach, les fusees Zenith  seront  installees  dans
des batiments climatises. Pour les  premiers  vols  de  qualification,  une
fusee unique avec sa charge utile sera emmenee vers le  site  de  lancement
sur le navire Sea Launch Commander - sur lequel les differentes parties  du
lanceur seront assemblees en position horizontale. Une fois sur le site, le
transfert du lanceur  Zenith  et  de  sa  charge  utile  depuis  le  navire
d'accompagnement vers la plate-forme sera opere. Puis, le tir sera effectue
une fois la fusee alimentee  en  ergols  et  les  conditions  de  lancement
reunies (mer calme, vent inferieur a 20 m/s, pas de risque de  foudroiement
en vol).

Moins cher qu'Ariane

En ce qui concerne la securite  au  moment  du  lancement,  la  plate-forme
Odyssey du systeme Sea Launch sera deserte et toutes les operations  seront
telecommandees depuis le navire Sea Launch Commander, sur lequel auront ete
regroupes tous les membres d'equipage et  les  personnels  responsables  du
lancement et de la charge utile. Le navire se trouvera  a  3.500  m  de  la
plate-forme. Sitot l'envol intervenu, les instruments du navire suivront la
trajectoire de la fusee et receptionneront les telemesures  pendant  les  6
premieres minutes du vol, avant de perdre la fusee de vue  du  fait  de  la
rotondite de  la  Terre.  A  cet  instant,  le  second  etage  assurera  la
propulsion. Peu avant, le  navire  russe  Selenia  installe  a  cheval  sur
l'equateur a 1.700 km a l'est du site de lancement, aura pris le relais  du
Sea Launch Commander dans la poursuite et dans la reception des telemesures
relatives au fonctionnement du lanceur. Apres quoi le relais sera pris  par
le systeme international de satellites Comsat, sans qu'il soit  fait  appel
aux stations de poursuite habituellement utilisees pour les  vols  d'Ariane
(Kourou, Natal, Ascension et Libreville).

"La plupart de nos clients ont prevu de realiser  des  satellites  dont  la
masse se situe entre 4,6 et  5,2  t,  note  Bjorn  Omreng.  Nos  tarifs  de
lancement sont inferieurs a ceux d'une fusee Ariane pour  diverses  raisons
prenant en compte par exemple le cout de  la  base  de  lancement  -  moins
onereuse qu'une base  terrestre  -  et  les  lanceurs  proprement  dit".  A
l'origine, la fusee Zenith devait etre produite  en  grand  nombre  -  elle
servait aussi de booster a la superfusee Energya - et pouvoir etre mise  en
oeuvre rapidement. Ce qui permet aujourd'hui aux responsables du programme,
du fait de cette facilite de production industrielle,  d'offrir  des  couts
attractifs et des  facilites  de  lancement  a  leurs  clients  en  cas  de
probleme. Voire, au debut du programme, d'offrir un second lancement si  le
premier s'est solde par un echec. Affaire a  suivre  donc,  surtout  si  le
premier lancement est couronne de succes"

Portrait d'Odyssey

Commandee par le capitaine Erik  Lauretsen  (Norvege),  la  plate-forme  de
lancement Odyssey  du  systeme  Sea  Launch  n'est  autre  qu'une  ancienne
plate-forme petroliere de mer du Nord en partie ravagee par un incendie  en
1989 et rachetee par le groupe Kvaerner. Transformee dans le chantier naval
de  Kvaerner   Rosenberg   a   Stavanger   (Norvege),   cette   plate-forme
autopropulsee et semi-submersible qui a quitte Stavanger pour Vyborg en mai
1997, est l'une des plus grosses structures du  monde  dans  sa  categorie,
avec un deplacement immerge de 46.000 t.

Longue de 133 m, large de 66 m et haute de 42,5 m, la  plate-forme  Odyssey
s'appuie sur 10 enormes piliers fixes a deux immenses flotteurs remplis  de
carburant et pourvus de ballasts (ces derniers permettent a la  plate-forme
de s'enfoncer dans le mer  au  moment  du  lancement,  pour  une  meilleure
stabilite de l'ensemble). Positionnee dynamiquement et telecommandee depuis
son navire  d'accompagnement  au  moment  des  lancements,  la  plate-forme
dispose d'une "fourchette de deplacement" maximale entre 1 et 3 m.

Capable de se deplacer tout comme un navire a une dizaine de noeuds grace a
ses moteurs d'une puissance totale de 24.000  CV,  la  plate-forme  Odyssey
comporte un hall climatise pour l'entrepot d'une fusee. Un  systeme  mobile
unique pour le transport a l'horizontale  et  l'erection  verticale  de  la
fusee permet d'extraire la Zenith de ce hall et de la positionner  pour  le
lancement sur une rampe a partir de laquelle elle sera alimentee en ergols.
Cette plateforme de tir, realisee  par  le  Russe  KBTM,  est  une  version
reduite de celle qui se trouve a Baikonour.

Ce curieux vaisseau concu pour disposer d'un equipage de 68 personnes  avec
toutes les installations necessaires pour la vie, les repas et les  loisirs
a bord, a recu environ 3.000 t d'equipements dans les chantiers  de  Vyborg
pour  lui  permettre  de  manúuvrer  les  fusees  a  extraire   du   navire
d'accompagnement  et  de  les  lancer.  Un  detail:  c'est  a  bord  de  la
plate-forme Odyssey qu'est  installee  la  camera  a  imagerie  ultrarapide
permettant de visionner l'envol des fusees Zenith.

Christian Sotty


UN AIMANT EN ORBITE
-------------------

A bord de Discovery a trouve place, pour la mission STS-91, le spectrometre
magnetique AMS (Alpha Magnetometer Spectrometer) dont la piece  essentielle
est un puissant aimant fer-neodyme-bore. Aux  trajectoires  des  particules
cosmiques, il doit - en depit de leur tres grandes energies - imprimer  des
courbures pouvant etre mises  en  evidence  grace  a  une  electronique  de
precision,  capable  de  modeliser  les  parcours  a  0,01  mm  pres.   Les
eventuelles particules d'antimatiere seront reperees par le  sens  de  leur
courbure, contraire a celui des particules.  Financee  par  le  Departement
americain de l'energie, cette experience a ete preparee avec 37 universites
et laboratoires d'Europe (laboratoires de Bologne et Perouse, KM de Zurich)
d'Amerique, de Russie (IPTE de Moscou), de Chine  et  de  Taiwan,  sous  la
direction de Samuel C.C. Ting du MIT ayant recu en 1976 un prix Nobel  pour
la decouverte de la particule J/psi. A ce chercheur,  nous  savons  d'autre
part qu'a ete confiee au CERN la direction de l'experience L3 utilisant  le
collisionneur positon-electron.

Au cours de la mission STS-9 1, l'equipement AMS doit  fonctionner  pendant
une centaine d'heures afin de tester une formule qui pourrait etre  ensuite
exploitee sur une station plusieurs  annees  durant  avec  le  concours  de
specialistes. Et c'est la une consideration interessante par les  nouvelles
applications  qu'elle  fait  entrevoir  pour  l'espace  independamment   de
l'interet propre de l'operation,  assurement  considerable  alors  que  les
themes de l'antimatiere sont d'une brulante actualite.

L'an prochain, en effet, devrait debuter  au  centre  de  Brookhaven,  dans
l'Etat de New York, l'experience Brahms par laquelle,  chaque  seconde,  on
obtiendra une centaine de collisions de noyaux d'or  animes  d'une  energie
sans precedent (100 GeV par nucleon) : quelque 5.000 particules  et  autant
d'antiparticules sont attendues. Cela devrait simuler notre  Univers  alors
qu'il etait age d'une microseconde seulement: il connut a ce moment-la  une
"transition de phase" par laquelle les quarks cesserent d'exister a  l'etat
fibre, la temperature etant tombee en dessous de 1.000 milliards de degres.
Ce  refroidissement  enfanta  les  constituants   des   noyaux   atomiques,
c'est-a-dire  des  protons  et  des  neutrons  en  meme  temps  que   leurs
antiparticules. Mais, pour des raisons que le physicien explique, le nombre
de ces dernieres fut un peu moindre et de ce  fait  elles  disparurent:  la
matiere de notre cosmos naquit du surplus de particules.

Un tel scenario ayant apparemment interdit une perennite des antiparticules
primitives, il ne devrait pas y avoir dans notre Univers  d'antigalaxie  ou
meme d'antietoile : les seules antiparticules seraient celles qui  naissent
episodiquement ca et la par exemple dans la haute atmosphere de  la  Terre,
toujours ephemeres puisque promises a l'annihilation mutuelle  lorsqu'elles
rencontrent des particules. C'est du moins ce qu'il s'agit de verifier avec
l'experience AMS dont les  scientifiques  seraient  tres  surpris  que  les
resultats ne soient pas negatifs. Toutefois  si,  depuis  l'epoque  du  Big
Bang, des niches avaient subsiste a partir  desquelles  des  antiparticules
continueraient a jaillir pour sillonner le cosmos, elles seraient revelees.

Notre attention sera d'autre part retenue par l'aspect technique  de  cette
experience: un puissant  aimant  permanent  l'a  rendue  possible.  Or  peu
nombreux sont les domaines ou ont ete enregistres, depuis la Seconde Guerre
mondiale, des progres aussi fulgurants que dans la production d'aimants.  A
l'acier  des  aimants  traditionnels  -  avec  lesquels   les   couturieres
recuperaient les epingles tombees entre  des  lames  de  parquet  -  furent
substitues le cobalt et le titane tandis qu'apparurent  les  alliages  dits
permalloys, incorporant fer et nickel. On commercialisa ensuite,  en  1975,
l'aimant samarium-cobalt  capable  de  soulever  200  fois  son  poids.  Le
magnetophone se transforma en baladeur et des moteurs electriques  compacts
se multiplierent au domicile comme  sur  la  voiture:  celle-ci  devint,  a
l'instar de la construction electrique  et  de  la  radioelectricite,,  une
grosse consommatrice  d'aimants.  Puis,  en  1985,  naquirent  les  aimants
fer-neodyme-bore  dont  l'imagerie  medicale  s'empara  sous  la  forme  de
realisations composites dans la fabrication desquelles les Chinois  vinrent
a exceller: ils presentaient, en 1996, aux journees de  la  Radiologie,  un
scanner dont le traditionnel electroaimant avait ete remplace par un aimant
permanent pour lui assurer mobilite et autonomie.

Ainsi, des aimants permanents gardent aujourd'hui jusqu'a 0,3 tesla pendant
des annees: meme si  nous  sommes  loin  de  l'actuel  record  en  imagerie
medicale - 7 teslas -c'est gigantesque en regard de ce que l'on aurait hier
pu imaginer. C'est d'autant plus  impressionnant  que  la  technologie  des
aimants est loin d'avoir dit son dernier mot.

Le franchissement d'une nouvelle etape est en effet en vue avec des  moyens
qui prennent en compte la source meme du magnetisme, a  savoir  l'atome  au
sein duquel les electrons - consideres comme tournant  autour  du  noyau  -
constituent  des  spires  virtuelles   ayant   le   comportement   d'autant
d'electroaimants. Des aimantations incomparablement plus fortes que tout ce
que l'on a pu a ce jour creer seront obtenues en fixant des atomes  sur  un
support et en leur conferant une meme attitude. Or  le  moyen  existe  deja
permettant une telle performance: il suffit d'employer un rayonnement laser
a implanter sur un  cristal  de  tres  minces  films  d'un  oxyde  du  type
perovskite. En Europe, comme aux Etats-Unis et au Japon, les recherches  de
cette nature en sont encore au stade du laboratoire mais le seuil  critique
semble avoir ete depasse faisant entrevoir, au cours des prochaines annees,
le materiau hypermagnetique multicouche.

Albert Ducrocq


UNITY REJOINDRA ZARYA EN DECEMBRE 1998
--------------------------------------

La nouvelle sequence d'assemblage de la station orbitale  internationale  a
ete acceptee le 1er juin par les representants de tous les pays participant
a ce programme. Ainsi, le lancement du premier element, le module russe FGB
rebaptise Zarya (Aube), est  desormais  prevu  le  20  novembre  (il  avait
d'abord ete fixe en novembre 1997, avait  glisse  en  juin,  puis  en  aout
1998). Il sera rejoint le 3 decembre par la navette Endeavour emportant  le
second element, le module americain Node-1 rebaptise Unity (Unite).

Le troisieme element, qui est pret a 90 %, est le module  de  service  (SM)
russe qui devrait etre lance en avril 1999. La  station  sera  occupee  par
trois personnes  a  partir  de  juillet,  puis  l'equipage  passera  a  six
personnes a partir de novembre 2002. Le module europeen COF sera  amarre  a
la station en fevrier 2003.  L'assemblage  devrait  enfin  etre  acheve  en
janvier 2004 (au lieu de juin 2002 comme prevu initialement, soit un retard
de 18 mois). Les Etats-Unis  poursuivent  le  developpement  du  module  de
controle  interimaire  (ICM)   pour   eviter   un   retard   supplementaire
qu'occasionnerait, par exemple, la perte du SM lors de  son  lancement  par
une fusee Proton.

Quant a la station orbitale Mir, la RKA a decide de la  detruire  apres  la
derniere  mission  d'occupation  a  laquelle  participera  le   spationaute
francais  Jean-Pierre  Haignere  (du  22  juillet  au  26  aout  1999).  En
attendant, le lancement de la navette Discovery etait maintenu au 2 juin en
depit d'un probleme avec l'ordinateur  de  bord  de  Mir.  La  neuvieme  et
derniere mission Shuttle-Mir mettra un terme a l'occupation  americaine  de
la station russe qui se sera deroulee du 24 mars 1996 au 12 juin 1998.


FIAT AVIO MISE SUR LES FUSEES VEGA ET CYCLONE
---------------------------------------------

Fiat Avio s'affirme plus que jamais comme le promoteur des petits  lanceurs
en Europe avec le projet italien de developpement  du  petit  lanceur  Vega
etudie en cooperation avec Aerospatiale et la commercialisation  de  fusees
ukrainiennes Cyclone de Youjnoye. C'est l'un des messages qu'a reitere Pier
Giorgio Romiti, directeur general de la societe, venu la semaine derniere a
Paris presenter le "nouveau Fiat Avio"  renforce  recemment  par  plusieurs
acquisitions de firmes italiennes.

La filiale aerospatiale de Fiat considere en effet  comme  strategique  que
l'Europe dispose enfin de fusees plus petites qu'Ariane pour participer  au
lancement des constellations de satellites en orbites basses... en confiant
les operations a Arianespace.

Pour y parvenir, Fiat Avio mise,  dans  l'immediat,  sur  l'utilisation  du
Cyclone et, a terme, sur la  disponibilite  d'un  petit  lanceur  europeen,
Vega, developpe en  deux  versions:  Vega-K  Zero  et  Vega-K  pour  lancer
respectivement des charges utiles de 350 et 1.000 kg (a 700  km).  A  noter
cependant que l'Agenzia Spaziale Italiana (ASI) fait plutot reference a une
capacite de 1.500 kg dans le nouveau plan spatial national (PSN 1998-2002).
Pier Giorgio Romiti souligne d'ailleurs que c'est la premiere fois que Vega
est inclus dans le PSN avec un financement : 400 Md.  lires  dont  100  Md.
lires devant provenir de la  participation  internationale  et  des  indus-
triels; le cout total de developpement (tirs d'essais compris) etant estime
a 700 Md. lires (2,5 MdF).

Pour Vega, qui reprendrait l'enveloppe des boosters d'Ariane 5, Fiat Avio a
conclu un accord de cooperation avec  Aerospatiale,  architecte  industriel
d'Ariane et... partenaire du  TsSKB  de  Samara  dans  la  societe  commune
Starsem qui commercialise en Occident les fusees russes Soyouz.

Fiat Avio s'est pour sa part associee a Youjnoye pour les moteurs de  Vega.
Mais, Pier Giorgio Romiti vient aussi de signer debut avril  avec  Youjnoye
un contrat "exclusif" pour l'exploitation et la commercialisation  de  tous
types de fusees Cyclone - dont les Cyclone 2 et 3 qui lancent 2,9 ou 3,5  t
en orbite basse. Cet accord doit permettre a Fiat Avio  de  reorganiser  la
production de Youjnoye afin d'abaisser le prix du Cyclone  pour  le  rendre
plus competitif. Des negociations sont actuellement en cours pour installer
la base de lancement de  Cyclone  pres  de  l'equateur,  soit  a  Alcantara
(Bresil) soit a Kourou (Guyane); le cout d'installation d'un pas de tir est
estime entre 30 et 40 M$ (180 a 220 MF). Il serait operationnel en 2002.

La firme italienne mise sur un marche commercial d'environ 4 a 6 tirs/an de
Vega et 6 tirs/an de Cyclone. Selon, Pier Giorgio Romiti,  "les  operateurs
de constellations de satellites ayant besoin d'une diversite  de  lanceurs,
il y aura place sur le marche (dans leur categorie)  a  la  fois  pour  les
Cyclone et les Soyouz"!

Pierre LANGEREUX


STARWAR ENTRE ASTRA ET EUTELSAT
-------------------------------

La rivalite entre Astra et Eutelsat s'est  particulierement  manifestee  au
salon Cable et Satellite 1998 a Londres. "Difficile de cohabiter avec  Jean
Grenier, le directeur general d'Eutelsat",  a  declare  Romain  Bausch,  le
directeur  general  de  la  SES,  en  evoquant  l'affaire  de  la  position
geostationnaire a 28-29'Est. Car  chez  SES,  on  refuse  d'admettre  qu'un
satellite a l'essai sur une position valide l'utilisation qu'on avait prevu
d'en faire. Ainsi, l'administration americaine a recemment refuse la  vente
a un autre utilisateur du satellite Tempo-2 sur la position  pour  laquelle
il etait envisage et ou il avait subi ses tests. Chez SES, on n'hesite  pas
a parler  d'insolence  d'Eutelsat  vis-a-vis  du  dynamisme  d'Astra.  "Non
seulement Eutelsat nous copie pour le copositionnement, mais il  triche  en
jouant sur les mots en rebaptisant son projet  de  satellite  a  29deg  Est
Europesat-1B, arguant du fait que le satellite Hot Bird-3 qui y  avait  ete
teste aurait pu s'appeler Europesat-1A."

Le directeur general de SES, tout en regrettant le manque de  fair-play  de
son concurrent, a annonce que le systeme Astra allait de l'avant  avec  des
satellites de deuxieme generation pour des applications multimedias sur une
grande echelle. "Je pense bien passer commande de ces satellites  avant  la
fin de l'annee", precise-t-il. Par ailleurs, il  a  confirme  ses  contacts
pour une cooperation avec des constellations de satellites a large bande.

Theo PIRARD


APPEL D'OFFRES POUR SKYNET
--------------------------

Lockheed Martin se serait joint a British Aerospace pour repondre a l'appel
d'offres du ministere britannique de la Defense (MoD) concernant le systeme
de telecommunications militaires  Skynet-5  qui  devra  remplacer  l'actuel
Skynet-4  en  2004.  Deux   satellites   geostationnaires,   utilisant   la
plate-forme  A2100  du.  constructeur  americain,  fonctionneront  sur  les
frequences UHF, SHF et EHF. Toutefois, il est particulierement etonnant que
l'Angleterre  poursuive  un  programme  militaire  national   Skynet-5   en
parallele du systeme franco-anglo-germanique Trimilsatcom, dont les  etudes
sont en cours pour un lancement en 2005.


SPOT-4 BON POUR LE SERVICE
--------------------------

Le 26 mai, le Cnes a mis le satellite Spot-4 a la disposition de Spot Image
qui en assurera desormais l'exploitation commerciale. Lance le 24 mars,  le
satellite a subi deux mois de  tests  et  transmis  53.000  scenes  qui  se
trouvent deja dans le catalogue DALL La  recette  en  vol  de  l'instrument
Vegetation s'achevera fin juin, tondis que l'exploitation  commerciale  des
donnees dans la bande MIR commencera en septembre. En outre, le Ches,  Spot
Image et Matra Systemes & Information se  sont  associes  pour  offrir  aux
utilisateurs  une  solution  de   reference,   le   terminal   Spot,   pour
l'acquisition,  l'archivage  et   le   pretraitement   de   leurs   donnees
satellitaires.


L'ESA CONSTRUIT L'EUROPE SPATIALE DE DEMAIN
-------------------------------------------

Le directeur general de l'ESA Antonio Rodota a presente l'ordre du jour  de
la prochaine reunion du Conseil de l'agence prevue les  23  et  24  juin  a
Bruxelles. Il s'agira essentiellement de decisions portant sur le programme
Ariane 5, sur les programmes d'observation de la Terre Earth Watch et Earth
Explorer, sur  la  premiere  phase  du  futur  systeme  de  navigation  par
satellite GNSS et sur les futurs systemes destines  aux  multimedias.  Pour
Ariane 5, une premiere tranche de 135 MUC (877  MF)  devrait  permettre  de
financer les ameliorations du  lanceur.  Ces  ameliorations,  d'un  montant
global de 1,2 MdUC (7,8 MdF), devraient etre enterinees fin 1998  ou  debut
1999. Pour le petit lanceur Vega, d'une valeur de 370 MUC  (2,4  MdF),  une
premiere tranche de 50 a 60 MUC (325 a 390 MF) est envisagee.

Par ailleurs, les etudes pour un futur lanceur devraient etre  decidees  en
octobre  ou  novembre  (100   MUC   jusqu'en   200   1).   L'enveloppe   du
programme-cadre en observation de la Terre devrait, pour sa part,  s'elever
a 250 MUC (1,6 MdF) par an sur cinq ans (jusqu'en 2003). Quant au programme
scientifique obligatoire, il devrait, compte tenu de  l'erosion  du  budget
decidee en octobre 1995, perdre environ 1 MdUC (6,5 MdF) jusqu'en 2010.


|||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||
|||    Les noms de : SPACE NEWS INNET, SPACE NEWS INTERNATIONAL, SPN    |||
|||    Productions, Forum Espace, sont proteges par copyright.          |||
|||  -----------------------------------------------------------------  |||
|||      Space News  est sponsorise par TELE-satellit, le magazine      |||
|||      international du satellite : http://www.TELE-satellit.com      |||
|||  -----------------------------------------------------------------  |||
|||   Space News InNet sur le Web : http://www.sat-net.com/space-news   |||
|||   Bulletin d'informations quotidien et calendrier des lancements :  |||
|||            http://www.sat-net.com/space-news/flash.shtml            |||
|||  -----------------------------------------------------------------  |||
|||  Ed. resp.: Jean Etienne, Belgique (Eur)    jean.etienne@skynet.be  |||
||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||J&M remember|||||



[Other mailing lists]