[Prev][Next][Index]

Space News InNet 170




|||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||
|||                           Space News InNet                          |||
|||               Une production Space News International               |||
|||  -----------------------------------------------------------------  |||
|||  Periodique d'informations  et  d'actualites  internationales  sur  |||
|||  l'Astronomie, l'Astronautique, l'Espace et les Sciences  connexes  |||
|||  distribue gratuitement par liste de diffusion sur l'Internet.      |||
|||  -----------------------------------------------------------------  |||
|||     Abonnement en ligne sur : http://www.sat-net.com/space-news     |||
|||  ou  transmettez  un  mail  a : Majordomo@tags1.dn.net  comportant  |||
|||           uniquement le texte : subscribe sat-space-news            |||
|||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||
Space News InNet numero 170                         lundi 29 septembre 1997


	SOMMAIRE

	Un nouveau service de Space News
	Mars Global Surveyor utilise ses aerofreins
	L'U. S. Air Force etudie une navette spatiale de reconnaissance
	La propulsion ionique perturbe le deploiement des satellites Astra
	Les Japonais debarquent a Redu
	Le satellite GE-3 en orbite
	Arret de la croissance pour la NASDA


UN NOUVEAU SERVICE DE SPACE NEWS
--------------------------------

L'idee etait dans l'air depuis longtemps,  et  elle  se  realise  enfin,  a
l'aube du deuxieme anniversaire de votre magazine: Space News existe desor-
mais sous une forme quotidienne, sur site, a l'adresse :

http://www.sat-net.com/space-news/flash.shtml

Cette page est exclusivement textuelle, donc d'un chargement  tres  rapide,
et reprend toutes les informations d'ordre satellitaire,  astronautique  et
spatial au fur et a mesure qu'elles nous parviennent. Appelee a etre  reac-
tualisee plusieurs fois par jour, en fonction de l'actualite (et des  even-
tuelles contraintes techniques), cette page represente en fait mieux  qu'un
quotidien, puisqu'il s'agit d'information en temps reel. Il s'agit la d'une
premiere mondiale sur le plan scientifique francophone.

PS : n'oubliez pas, lors du chargement,  de  faire  usage  de  la  fonction
     "refresh" de votre navigateur: l'actualite se lit  sur  le  site,  non
     dans le cache de votre disque dur...  :-)

Longue vie a SPACE NEWS ACTUALITES !

Jean Etienne


MARS GLOBAL SURVEYOR UTILISE SES AEROFREINS
-------------------------------------------

Le 12 septembre  a  1 h 31min  TU,  le  vehicule  americain  Mars  Surveyor
allumait comme prevu son moteur de 600 N pour creer une impulsion  negative
(973 m/s) et, de ce fait, se satelliser autour de la  planete  voisine.  Il
passait a sa distance minimale de Mars (276 km) a 1 h 44 min, au moment  ou
les liaisons avec la  Terre  venaient  d'etre  interrompues  car  le  globe
martien s'etait interpose. Quand elles reprenaient, a 1 h 57  min,  c'etait
pour instruire le JPL du parfait deroulement des operations.

La sonde se trouvait sur une orbite martienne ayant son apogee a 64.024  km
de Mars decrite en 44 h 59 min 34 s:  45  h  avaient  ete  visees.  L'ecart
apparaitra  incroyablement  faible  si  l'on  prend  en  compte   l'extreme
sensibilite d'une orbite tres excentrique: 2,35 m/s de difference  dans  la
vitesse au perigee,  ou  10  km  dans  l'altitude  de  celui-ci,  deplacent
l'apogee de 1.000 km et font varier la revolution de 90 min.

Une etape a ete franchie dans la mission; une autre  a  debute.  Desormais,
les passages de la sonde dans l'atmosphere martienne lors de  ses  perigees
successifs vont etre utilises pour une reduction progressive de la  vitesse
de la sonde, ce qui la reinjectera  sur  des  orbites  de  moins  en  moins
excentriques. Nous sommes entres dans l'ere d'une  aero-astronautique,  pas
tellement facile car tous les survols seront critiques.

Chaque traversee de l'atmosphere que la sonde abordera  avec  ses  panneaux
solaires inclines a 30 degres pour qu'ils se comportent en  aerofreins  lui
imprimera une deceleration inferieure a 0,05 g: ce sera mecaniquement  tres
supportable. Et environ 10 m/s lui seront enleves. Mais cette reduction, en
apparence modique, aura pour  contrepartie  la  production  de  quelque  10
millions de calories avec une elevation  sensible  de  la  temperature  des
panneaux. Ils ont ete concus en  consequence,  encore  faudrat-il  que  les
choses se passent comme prevu, un tres subtil programme ayant ete elabore a
partir d'une bonne modelisation de l'atmosphere martienne  par  compilation
de toutes les donnees disponibles.

Cela pour la reussite de l'actuel vol, mais  avec  des  ambitions  beaucoup
plus vastes. Dans l'avenir, en effet, toute mission  visant  Mars  devra  a
quelque titre composer avec son atmosphere.  Ainsi,  apres  une  excellente
modelisation du systeme solaire pour que la planete soit atteinte avec  une
grande precision compte tenu des influences de tous les corps celestes, une
tres bonne connaissance de  l'atmosphere  martienne  constituera  un  autre
prealable a tout programme d'exploration systematique.

A ce titre, l'experience acquise avec Mars Surveyor sera precieuse: l'ecart
entre les previsions et la realite  fournira  une  somme  d'informations  a
partir  desquelles  un  gain  de  plusieurs  ordres  de  grandeur  pourrait
permettre une modelisation ultra fine de cette atmosphere de Mars, qui  est
plus evolutive que  l'atmosphere  de  la  Terre.  Tandis  que  ses  couches
superieures sont a peine moins tourmentees par le vent  solaire  en  raison
d'un plus grand eloignement de sa source, il faut tenir compte de la grande
perturbation saisonniere aux repercussions encore  imparfaitement  mesurees
que constitue chaque  hiver  la  condensation  au  pole  sud  d'une  partie
appreciable du dioxyde de carbone atmospherique, suivie de  sa  sublimation
au printemps.

Quelles previsions ont ete faites en ce qui concerne la  descente  de  Mars
Surveyor dans cette atmosphere martienne ?

Lors du passage de la  sonde  par  son  apogee,  la  creation  d'impulsions
negatives a actuellement pour objet d'abaisser le perigee  a  108  km,  une
valeur consideree comme optimale pour un aero-freinage a la fois rapide  et
sur.

A 108 km en effet, l'atmosphere de Mars est relativement dense: la pression
0,03 millibar represente moins que la 200e partie de sa valeur en  surface.
Pour memoire on notera qu'a 108 km au-dessus de la Terre, dont l'atmosphere
est beaucoup plus compacte,  la  pression  est  tombee  a  moins  de  0,001
millibar. C'est pour un tel perigee de 108 km que 10 m/s seront  enleves  a
la sonde. Le JPL se  reserve  toutefois  de  remonter  ce  perigee  si  les
circonstances l'exigeaient quitte a allonger la duree de la  descente  vers
Mars et en tout etat de cause de l'elever dans sa derniere phase quand  les
temps de revolutions seront devenus courts. Alors, c'est 10 fois,  puis  12
fois par jour que la sonde passera par son perigee (au lieu d'une fois en 2
jours actuellement). A ce stade, le JPL jettera sans doute son  devolu  sur
un perigee aux environs de 250 km  pour  exercer  des  actions  de  vernier
lorsque l'apogee aura, a la fin de  l'annee,  ete  abaisse  a  378  km,  la
derniere manúuvre devant etre lors d'un passage de Mars  Surveyor  par  cet
apogee l'impulsion positive par laquelle l'orbite sera rendue circulaire  a
cette altitude de 378 km.

Alors une autre page aura ete tournee a la fois dans la  mission,  avec  le
placement de  la  sonde  sur  son  orbite  de  travail  pour  une  activite
scientifique largement cartographique,  et  dans  une  astronautique  douce
d'une nouvelle nature. Apres une domination des reactions  de  gravitation,
les scientifiques auront rode les techniques  qui,  non  moins  elegamment,
tireront le meilleur parti des ressources offertes par les atmospheres  des
corps celestes.

Albert Ducrocq, Air & Cosmos


L'U.S. AIR FORCE ETUDIE UNE NAVETTE SPATIALE DE RECONNAISSANCE
--------------------------------------------------------------

L'US Air Force a selectionne Lockheed Martin  et  Boeing  pour  etudier  et
developper les technologies d'une navette spatiale militaire  qui  pourrait
etre operationnelle des 2010. Lockheed Martin,  dans  le  cadre  des  Skunk
Works, propose un vehicule base sur la technologie du X-33, tandis  que  le
projet de Boeing est base sur le DC-X Delta Clipper de McDonnell Douglas.

Ces contrats font partie des plans de l'USAF pour  etendre  ses  operations
spatiales. Le general Howell Estes, commandant de l'USAF Space  Command,  a
declare que l'USAF prevoit de realiser des missions de superiorite spatiale
pour  proteger  les  satellites  militaires  americains  et  pour  empecher
l'interference  de  satellites  hostiles  avec  les  operations  militaires
americaines. Par ailleurs, ces futurs vehicules spatiaux  pourraient  avoir
des missions d'attaque.

L'attribution de ces  contrats  pour  la  premiere  phase  de  l'Integrated
Technology Test Bed (llXB) a ete annonce a la fin aout. Cette phase de 12 a
18  mois  comprend  l'etude  preliminaire  et  quelques   technologies   de
demonstration, surtout dans le domaine des structures. Cela conduira  a  un
demonstrateur presque grandeur nature  de  l'ITTB,  suivi  par  un  systeme
operationnel.

L'annee derniere, l'USAF a forme  une  equipe  au  Phillips  Laboratory  de
Kirtland (New Mexico) pour elaborer les caracteristiques d'un avion spatial
militaire, verifier la disponibilite des  technologies  et  identifier  les
missions de l'avion spatial. Un bureau fonctionne desormais a Kirtland pour
administrer les deux contrats en competition.

La specification la plus critique concerne les operations du type avion  ou
la capacite d'un cycle de quelques heures entre deux missions. Les lanceurs
actuels necessitent des campagnes de plusieurs semaines ou  mois.  Meme  le
X-33  ou  son  successeur  operationnel  VentureStar  auront  un  cycle  de
plusieurs jours. L'USAF veut aussi un vehicule qui peut operer de n'importe
quelle base aerienne avec un minimum de logistique et qui  peut  passer  de
lui-meme d'une base a une autre. Le demonstrateur servira a verifier  qu'il
peut faire 100-200 vols au cours du programme compare aux  15  vols  prevus
pour le X-33.

La navette spatiale automatique aura une  charge  utile  de  2,5-4,5  t  en
orbite  basse  contre  22  t  pour  le  Venture  Star.  Certaines  missions
necessitent une charge plus lourde,  mais  elles  pourront  etre  realisees
selon la methode du "pop up" (le vehicule largue a Mach  20-22  une  charge
utile qui atteint Mach 25 a l'aide d'un etage superieur).

Boeing Space Systems developpe le Space Manúuvre Vehicle (SMV) a Seal Beach
(Californie). C'est un petit engin aile qui peut servir  d'etage  superieur
pour un avion spatial ou qui peut etre lance par un lanceur  conventionnel.
Un vehicule d'essai, qui sera largue d'un B-52, est sorti  d'atelier  le  3
septembre. Realise en graphite, epoxy et aluminium, il mesure 6,6 m de long
et pese 1,1 t (envergure de 5,6m).

Les contrats sont estimes a 4 M$ (24 MF) chacun, mais les contractants sont
supposes  faire  des   investissements   substantiels.   Au   moins   trois
propositions  auraient  ete  soumises.  Boeing  a  propose  un  vehicule  a
decollage et atterrissage horizontal qui serait  lance  d'un  chariot-fusee
derive du RASV (Reusable AeroSpace Vehicle)  etudie  par  Boeing  dans  les
annees 80.

Les dirigeants du programme preferent la propulsion par moteur-fusee  parce
qu'elle represente  un  minimum  de  risque  technique.  Le  programme  IPD
(Integrated  Powerhead  Demonstration)  servira  a  tester  les   nouvelles
technologies du moteur dont la poussee sera  variable  a  la  maniere  d'un
turboreacteur. Mais une des premieres technologies a mettre au  point  sera
celle des grands reservoirs legers en materiaux  composites.  Le  programme
pourrait etre mene  conjointement  avec  la  NASA  dans  le  cadre  de  son
programme Future-X qui  comprend  des  projets  dits  Pathfinder  pour  des
demonstrateurs comme le super-statoreacteur Hyper-X, ou  Trailblazers  pour
des vehicules operationnels. Un demonstrateur commun USAF/NASA ouvrirait la
voie a trois vehicules pour des missions differentes: une navette  spatiale
militaire,  un  lanceur  moyen  plus  petit  que  le  VentureStar   et   un
transporteur commercial a grande vitesse pour des operateurs comme FedEx.

Bill Steetman et Christian Lardier


LA PROPULSION IONIQUE PERTURBE LE DEPLOIEMENT DES SATELLITES ASTRA
------------------------------------------------------------------

Le systeme Astra de la Societe europeenne des satellites (Ses)  constituait
la vedette de l'edition 97 la onzieme de l'exposition Cable & Satellite  de
Londres. Cette manifestation a presente les nouveaux produits  et  services
de l'industrie du multimedia en Europe.  Les  fabricants  d'equipements  de
reception et de decodage, ainsi que plusieurs operateurs de satellites Ses,
Eutelsat, Orion, GE Capital Satellites, Echostar, Spacecom  devoilaient  le
dernier cri des  systemes  numeriques.  Une  conference  sur  le  theme  de
"Television Distribution Technology  97",  organisee  avec  le  soutien  de
Silicon Graphics et de Scientific-Atlanta, a donne l'occasion de  faire  le
point sur les progres de la television par satellite (direct  to  home)  en
Europe.

Marcus Bicknell, ex-directeur commercial de Ses et  responsable  d'European
Television Management, a evoque la difficulte de faire des predictions dans
ce domaine, surtout pour l'essor  du  numerique.  A  la  fin  de  1996,  23
millions de foyers etaient dotes d'un equipement individuel de reception de
television pour le systeme Astra, alors qu'on  en  prevoyait  moins  de  20
millions... (*) L'Allemagne a cree la surprise avec 10 millions  de  foyers
equipes alors que les predictions parlaient d'a peine quatre  millions.  Le
Royaume-Uni a connu l'effet inverse: on  avait  predit  8  millions  et  la
moitie seulement a acquis l'equipement.

Directeur technique de Ses, Aldis Grinbergs a  explique  les  perturbations
dans le deploiement des quatre satellites Astra qui sont  en  construction:
trois chez Hughes, un chez Matra Marconi Space. Le prochain satellite Astra
1G doit etre lance par une fusee Proton le 7 aout. Il est le premier de  la
constellation Astra a utiliser la plate-forme Hs-601 Hp  (High  Power)  qui
met en  oeuvre  la  Xips  (Xenonlon  Propulsion  Subsystem).  Cet  ensemble
propulsif a ions de xenon, mis au point par Hughes  Research  Laboratories,
termine avec quelque retard le cycle complet de ses essais de qualification
au sol. Le premier satellite a l'employer sur orbite  sera  le  PanAmSat  5
dont le lancement par une fusee russe Proton est prevu en juin.

Aldis Grinbergs a explique: "Le systeme Astra, dont le succes repose sur la
fiabilite de ses satellites, n'a voulu prendre aucun risque et Hughes lui a
propose cette solution: Astra 1G et Astra 2A seront equipes a  la  fois  de
propulseurs chimiques et de propulseurs ioniques. Pour pouvoir  les  lancer
avec une masse supplementaire et la garantie d'une longue duree de vie  sur
orbite, nous avons besoin du lanceur Proton qui, avec son quatrieme  etage,
place le satellite sur une trajectoire quasi geostationnaire, ce qui permet
d'economiser le carburant a bord du satellite. Astra 1F, satellise  par  la
premiere Proton commerciale il y a un an,  dispose  d'assez  de  propergols
pour une duree de vie de 23 ans. Notre probleme a ete de negocier avec  Ils
un lancement d 'Astra 2A sur Proton  durant  cette  annee.  Nous  avons  pu
trouver une place sur Proton dans le courant du quatrieme trimestre... "

Proton preferee a Ariane

Ce satellite Astra 2A est un element essentiel  dans  le  developpement  du
systeme de la Societe europeenne des satellites (Ses): il  doit  ouvrir  la
deuxieme position geostationnaire, a 28,2 degres  Est,  qui  servira  a  la
diffusion  de  bouquets  numeriques  de  chaines  de  television  pour   le
Royaume-Uni: la societe BS4B de Rupert Murdoch a reserve  les  14  premiers
repeteurs sur cette nouvelle position et prevoyait de demarrer son  bouquet
des l'automne. Astra 2A aurait du etre lance en  aout  par  une  Ariane  4.
L'emploi d'une propulsion ionique qui n'a pas encore fait ses preuves  dans
l'espace a oblige Ses a transferer son satellite d'une fusee Ariane sur une
Proton, ce qui signifie au moins deux  mois  de  retard  dans  la  mise  en
service d'Astra 2A. Son exploitation n'est pas prevue avant le 1er decembre
prochain. "Nous sommes en train de negocier avec les clients  sur  le  28,2
degres Est. II y a la possibilite de deplacer un satellite  Astra  de  19,2
degres  a  28,2  degres  sans  creer  la  moindre  perturbation  pour   ses
utilisateurs. Cette possibilite depend du succes dans la mise en orbite  du
satellite Astra 1G en aout  prochain."  Astra  1F,  deja  operationnel  sur
orbite, pourrait constituer cette  solution  de  secours  pour  pallier  le
retard dans le lancement d'Astra 2A.

Parmi les activites de la Societe europeenne des satellites, on notera  que
les essais de la plate-forme multimedia Astra-Net devaient demarrer  le  22
mai de maniere a offrir un service operationnel a la date du  1er  octobre.
Sa filiale Esm (European Satellite Multimedia Services) compte,  aux  cotes
d'lntel et des P&T luxembourgeois,  deux  nouveaux  actionnaires:  Deutsche
Telekom et Hughes Network Systems. Son premier  client  est  The  Fantastic
Corporation,  qui  veut  diffuser  aux  Pc   en   Europe   des   programmes
d'information (Reuters) et de  jeux  (Segasoft).  Le  satellite  Astra  2B,
fabrique par Matra Marconi Space, sera lance  sans  doute  par  une  Ariane
durant le  quatrieme  trimestre  1998;  il  pourra  offrir  une  couverture
europeenne ou des faisceaux de diffusion specifique sur l'Afrique du Sud et
le Moyen Orient. Le lancement du satellite Astra 1H, commande a Hughes, est
maintenant prevu pour le debut de 1999: il representera une nouvelle  etape
dans le developpement du systeme Astra,  puisqu'il  aura  une  capacite  de
liaisons bi-directionnelles dans la bande Ka (2 repeteurs  dans  les  30/20
GHz). "Nous n'avons encore rien decide quant a une commande  de  satellites
supplementaires. n sera peut-etre necessaire d'en lancer  pour  couvrir  de
nouveaux besoins en l'an 2000. En cas d'echec au lancement, nous  disposons
d'approvisionnements a long terme qui nous permettent  de  disposer  de  la
fourniture d'un satellite en une quinzaine de mois. " Mais Aldis  Grinbergs
n'a pas voulu en dire plus sur l'evolution du systeme Astra qui  ne  manque
pas d'ambitions.


LES JAPONAIS DEBARQUENT A REDU
------------------------------

Comme une agence de presse et plusieurs quotidiens l'ont  laisse  entendre,
l'avenir de la station de l'Agence spatiale  europeenne  a  Redu,  dans  la
province de Luxembourg (Belgique), serait lie a la  seule  mission  Cluster
d'exploration de la magnetosphere. II n'en est rien et Redu est promis a de
nouvelles fonctions, autrement ambitieuses.

On  s'en  rappelle:  les  quatre   satellites   identiques   du   programme
scientifique europeen avaient ete confies pour leur lancement a la premiere
Ariane 5, mais son  vol,  le  4  juin  1996,  tourna  court  de  facon  peu
glorieuse. L'Agence spatiale europeenne  (Esa)  a  decide  de  realiser  la
mission Cluster 2 avec  Phoenix  (satellite  realise  avec  les  pieces  de
rechange des quatre satellites d'origine)  et  trois  nouveaux  satellites,
tous identiques et construits par un consortium industriel europeen sous la
direction de Daimler-Benz Aerospace (Dasa). Ces satellites seront lances en
deux paires a la mi-2000, avec un bref intervalle, par deux  fusees  russes
Soyouz, pareilles a celles qui  envoient  les  vaisseaux  habites  vers  le
complexe orbital Mir. Ces deux lancements du cosmodrome de  Baikonour  sont
l'objet d'un contrat commercial avec la societe franco-russe Starsem.  Deux
des quatre satellites de cette mission Cluster 2 seront controles au  moyen
d'une nouvelle antenne de 15 m, qui domine desormais la station de Redu.

"C'est une tres bonne chose pour Redu que d 'avoir cette antenne, car  elle
assure des liaisons en bande S (entendez dans  les  2  GHz),  ce  que  nous
n'avions pas encore, explique John Mac Laughlan, directeur de  la  station.
Notre station est dans le reseau de l 'Agence spatiale europeenne la  seule
en latitude moyenne a etre equipee pour des operations de telemetrie et  de
telecommande dans les bandes VHF, S, Ku  et  Ka.  Evidemment,  nous  devons
diminuer les couts, faire des economies comme  l'ensemble  des  centres  de
l'Esa.

"Comme le budget de fonctionnement de l'Esa est en baisse,  la  station  de
Redu doit reduire  son  encadrement.  En  1996,  la  station  comptait  une
cinquantaine de personnes, dont cinq permanents de l'Esa et 46  appartenant
a la societe Ciset International.  Depuis  janvier,  une  quarantaine  sont
toujours en place, mais ce chiffre devrait progressivement diminuer jusqu'a
25 en 1999. Andre Derwael, qui dirige le personnel de Ciset International a
la station de Redu, entend rassurer: il n'est pas question de fermer  cette
installation comprenant une vingtaine d'antennes qui servent a controler et
gerer des satellites en orbite.  L'activite  de  la  station  est  garantie
jusqu'en 2001 mais elle se  modifie  en  fonction  des  circonstances.  Ses
systemes continuent d'evoluer, en s'adaptant  aux  technologies  nouvelles,
qui.sont mises en oeuvre pour les liaisons avec les satellites. "

Le centre de  controle  Ecs  (European  Communications  Satellite)  assure,
depuis l'ete 1983, le pilotage de la  premiere  generation  des  satellites
geostationnaires Eutelsat de telecommunications. Il continue a garantir  le
fonctionnement operationnel des Eutelsat 1-F4 et Eutelsat 1-F5 qui sont  en
service respectivement a 25.5 deg et 21.5 deg Est; ces deux satellites sont
exploites par l'organisation Eutelsat comme relais pour la telephonie, pour
la transmission de reportages de television ainsi  que  pour  des  messages
avec les terminaux mobiles Euteltracs. Pour  Eutelsat,  Redu  effectue  les
tests Esva (Earth station validation assistance) des  terminaux  terrestres
qui utilisent les satellites Eutelsat 2  et  Hot  Bird.  L'Agence  spatiale
europeenne vient de confier a Redu le controle du satellite  Marecs  B2  de
telecommunications  mobiles;  il  sert  de  secours  pour  la  mission  Ems
(European land Mobile Services) qui equipe le satellite Italsat F2  et  que
Nuova Telespazio exploite a des fins commerciales.

Si les emplois sont en train de diminuer a  Redu,  les  operations  vont  a
nouveau s'y intensifier a la faveur des lancements, en l'an 2000,  de  cinq
nouveaux satellites de l'Esa. L'Europe spatiale doit proceder a la mise sur
orbite de quatre satellites scientifiques Phoenix-Cluster 2  qui  partiront
d'un cosmodrome russe, ainsi que de l'imposant satellite  technologique  de
telecommunications Artemis (Advanced relay and technology mission) qui sera
lance depuis le Japon avec sa nouvelle fusee H2A. Redu sera  alors  chargee
de l'exploitation de deux satellites Cluster 2 sur une orbite tres eloignee
de la Terre et elle assurera la gestion de liaisons optiques entre  Artemis
positionne a 35.800 km d'altitude et divers  satellites  en  orbite  basse.
Benoit Demelenne, responsable a l'Agence spatiale europeenne des operations
a Redu, prepare avec Ciset International la station ardennaise a la mission
Silex   (Semiconductor   Inter-satellite   Link   Experiment)   pour    des
transmissions laser  de  grands  debits  de  donnees,  en  direct,  via  le
satellite Artemis. Le Pmcs (Pastel mission control system) qui est installe
a Redu est charge de controler le  terminal  optique  Pastel  (Passager  de
Telecommunication) a bord du satellite francais d'observation  Spot  4  qui
sera lance en 1998. Pastel constitue un chainon essentiel dans  la  mission
de teledetection avec Spot 4: cet equipement doit permettre  une  connexion
jusqu'a 50 Mb/s du satellite francais avec Artemis comme relais.

L'avenement des liaisons intersatellites

L'Agence spatiale europeenne, grace a son ambitieux satellite Artemis lance
par la Nasda (National Space Development Agency) japonaise, va a partir  de
l'an 2000 experimenter des communications d'un type nouveau:

* en bande L (1.5/1.5 GHz) pour des liaisons avec les mobiles;  il  s'agira
  de garantir la continuite de la mission commerciale Ems sur Italsat F2;

* en bande S (2 GHz) et en bande Ka (23/26 GHz) pour  relayer  des  donnees
  avec des satellites en orbite basse, notamment  pour  la  mission  de  la
  plate-forme Envisat;

* avec  des  faisceaux  laser  entre  des  terminaux  optiques  sur  orbite
  (experience Silex) pour transmettre  en  expres,  a  une  cadence  elevee
  d'importantes quantites d'informations.

Aux cotes du centre de controle qui est implante a Rome, la station de Redu
est appelee a jouer un role primordial  dans  la  gestion  des  differentes
utilisations d'Artemis. Elle sera egalement responsable des tests en orbite
des systemes pour les missions en bande L, en bande S et en bande  Ka.  Les
liaisons intersatellites en mode  optique  avec  Silex,  qui  constitueront
l'audacieuse innovation d'Artemis, auront besoin de Redu pour  le  pilotage
des terminaux en orbite basse. Les Japonais ont  prevu  d'utiliser  Artemis
pour tester des communications laser avec leur  satellite  Oicets  (Optical
Inter-orbit communications engineering  test  satellite);  concu  pour  des
liaisons intersatellites avec laser, Oicets sera place entre 550 et 600  km
par une fusee japonaise J-1 en l'an 200. La Nasda du Japon,  qui  collabore
avec l'Agence spatiale europeenne, aura recours a  Redu  pour  piloter  les
liaisons optiques entre Oicets et Artemis. Des equipements "made in  Japan"
vont etre installes et une equipe d'ingenieurs et techniciens japonais vont
travailler dans la station ardennaise. En ayant d'abord vecu au  rythme  de
l'Europe, le pouls de Redu-sur-espace va battre de plus  en  plus  dans  un
environnement mondial.

Athena

(*) Parabola  diabolica  !  En  Belgique,  plusieurs   communes   urbaines,
    craignant la multiplicite des paraboles et  evoquant  leur  aspect  peu
    esthetique, n'hesitent pas a taxer durement les antennes  de  reception
    de television par satellites !  Cet  impot  communal,  repris  dans  la
    nomenclature de la Region wallonne, est d'au  moins  5.000  francs  par
    annee, alors que I 'equipement standard pour capter les  satellites  de
    television coute entre 5.000 et 10.000 francs dans les grands  magasins
    aux Pays-Bas, en Allemagne et en France ! Ne peut-on pas parler de rage
    taxatoire de la part de ces communes aux  prises  avec  des  situations
    financieres difficiles ? Ne faut-il pas voir la une entrave serieuse au
    developpement d 'une television sans frontieres au coeur de l'Europe  ?
    Cette taxe annuelle n'enfreint-elle pas "la liberte de recevoir  et  de
    communiquer des informations" qui est garantie par l'article 10  de  la
    Convention europeenne des Droits de l'Homme ?


LE SATELLITE GE-3 EN ORBITE
---------------------------

Le satellite de telecommunications GE-3 de GE Americom  a  ete  lance  avec
succes /e 4 septembre par une fusee Atlas-2AS (AC-146) de  Cape  Canaveral.
II s'agit du troisieme bus A2-100 de Lockheed  Martin  et  de  la  premiere
utilisation du centre d'operations ASOC  de  Lockheed  Martin  a  Sunnyvale
(Californie). GE Americom, filiale de GE Capital Services Company, exploite
les satellites Satcom, Spacenet, G-Star et GE sur l'Amerique du Nord. C'est
un  des  principaux  investisseurs  du  systeme  Nahuelsat,   qui   dessert
l'Amerique du Sud et fournit des  services  en  Europe  avec  le  satellite
suedois Sirius-2.


ARRET DE LA CROISSANCE POUR LA NASDA
------------------------------------

Pour la premiere fois de son histoire, la NASDA est obligee de  revoir  son
programme spatial a la baisse en raison d'une reduction budgetaire de 14  %
a partir de 1998. Ainsi, elle propose l'annulation  du  projet  de  navette
Hope, une reduction de 78 % du demonstrateur Hope-X  (2001),  de  18  %  du
satellite ALOS (2002), de 31 % du satellite ETS-8 (2002)  et  de  27  %  du
satellite Selene (2003), ainsi que /e report d'un an du module  JEM  et  de
deux ans du satellite-relais DRTS-E. Parallelement, la NASDA va etudier  un
petit lanceur avance a bas prix et un futur lanceur monoetage  reutilisable
pour reduire drastiquement les couts de lancement.



|||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||
|||    Les noms de : SPACE NEWS INNET, SPACE NEWS INTERNATIONAL, SPN    |||
|||    Productions, Forum Espace, sont proteges par copyright.          |||
|||  -----------------------------------------------------------------  |||
|||      Space News  est sponsorise par TELE-satellit, le magazine      |||
|||      international du satellite : http://www.TELE-satellit.com      |||
|||  -----------------------------------------------------------------  |||
|||             Space News InNet est present sur le Web :               |||
|||                 http://www.sat-net.com/space-news                   |||
|||  -----------------------------------------------------------------  |||
|||  Ed. resp.: Jean Etienne, Belgique (Eur)    jean.etienne@skynet.be  |||
||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||J&M remember|||||



[Other mailing lists]